AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée de la jeune Franchimont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robin de Franchimont
Maitre des lieux
Maitre des lieux
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Arrivée de la jeune Franchimont    Dim 7 Avr - 7:53

Pratiquement 3 mois s’était écoulé. Le Franchimont, pensait faire halte juste quelques jours dans le village qu’il traversait. Dunkerque s’était montré plus accueillante que prévu, et de fil en aiguille, une envie de s’investir auprès de la Maire.

Certes la brune l’avait mis dans une situation des plus complexes. L’ombre comme il l’appelait, rarement d’entrevue direct, mais il était là. Le patriarche ne pouvait l’ignorer et pourtant malgré cette rivalité … il avait accepté le deal d’oce, mettant un peu sa fierté de coté, sa jalousie...Humm pas toujours. Fallait pas abuser même si il essayait de la bâillonner, ce trait de caractère surgissait parfois sans qu’il puisse la maitriser.

Le printemps avait pointé, le Franchimont avait posé son balluchon chez la brunette, il était à la tête d’une charpenterie, nommé Adjoint au Maire, tout pourrait presque idyllique.
L’ombre la décevait un peu plus chaque jour. Bien que ça lui mette le cœur en joie, il se retenait de sauter partout, il le savait, la confrontation à la réalité faisait mal, il en avait souvent fait les frais. Elle souffrait, alors sa joie cadenassée, il se tenait à ses cotés, lui prêtant son épaule solide.

Tous les points d’obstacle n’avaient encore été abordé , mais sa fille lui manquait, malgré les correspondance avec tania, nounou officielle de la jeune Franchimont. La réaction d’oce l’avait ravi. Décision commune, Aélis allait venir … revenir au près de lui. La prunelle de ses yeux comme l’avait nommé la rouquine.

Il faisait les 100 pas dans le salon, s’arrêtant à la fenêtre, scrutant l’horizon, espérant apercevoir la carriole transportant ce qu’il avait de plus cher.
Quand soudain, au loin, un point s’avançait. Tel un enfant découvrant son jouet à noël, il sautille interpelant sa brune.


Oce ! Oce ! la voilà ! se précipite dehors
Revenir en haut Aller en bas
Oceade
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Arrivée de la jeune Franchimont    Dim 7 Avr - 8:20

Trois mois avaient passé depuis l'arrivée à Dunkerque d'un ronchon Cathare. Si au début la Mairesse l'avait tenu à distance malgré l'attirance, c'était pour éviter une nouvelle déconvenue. Elle s'était dit qu'une amitié valait mieux qu'une fuite... Et puis elle avait franchi le pas, lui exposant la situation dans la quelle elle était, lui laissant le choix de rester ou de partir.
Son brun était resté, lui apportant l'équilibre et la sérénité qu'elle recherchait et qu'elle n'avait jamais trouvé auprès de l'Ombre, comme il disait..
L'Ombre.. qui l'avait profondément déçu, avait perdu sa place dans sa vie et qui allait avoir du mal à retrouver la confiance du Cara qui souffrait, heureusement soutenu par son brun.
Et puis la veille, comme si cela ne suffisait pas, elle avait reçu un pli de Champagne, lui apportant une bien funeste nouvelle.. Nouveau coup au coeur pour Oceade.. A croire que son bonheur actuel, celui de vivre avec son Cathare, devait être puni...
Elle le savait impatient de retrouver sa fille et le regardait piaffer d'impatience. Toute vêtue de blanc, seul signe de son deuil, elle le rejoignit à la porte guettant l'arrivée d'Aelis, avec une certaine inquiétude.. Cela faisait bien longtemps que le Cara n'avait plus d'enfant à choyer et qu'elle avait appris à vivre seule..
Un vague sourire apparut sur ses traits las lorsque son homme lui signala l'arrivée de la jeune Franchimont. Le bonheur de son brun lui réchauffait le coeur, d'un pas plus lent elle le suivit dans la cour puis se tint à ses cotés, prenant sa main dans la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
http://ofga.lebonforum.com
aelis
Famille
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 04/04/2013

MessageSujet: Re: Arrivée de la jeune Franchimont    Dim 7 Avr - 14:40

La cariole grinçait à fendre l'âme sur la route cahoteuse, rythmant l'allure poussive du vieil hongre au poil gris qui la tractait bravement. Le chemin m'avait paru long. Au départ tout excitée à l'idée de voyager et surtout de revoir mon père, j'étais restée d'un calme exemplaire, mais maintenant, je trouvais que ça tardait, et ne cessait à présent d'assommer ma nourrice de questions, dont une revenait sans cesse, toujours la même : c'est quand qu'on arrive ?
Un léger vent soufflait sur le paysage flamant, chassant les nuages dans le ciel azuré réchauffé par le soleil. Les plaines commençaient à s'étoffer d'un épais tapis de fleurs sauvages de toutes les couleurs ; bleuets, marguerites, boutons d'or et reines des prés s'étalaient dans un joyeux mélange qui sont pour moi le plus beau des tableaux. Cela me rappelle le précédent été, où trompant la surveillance des adultes, je m'étais élancée pieds nus dans l'herbe grasse pour aller en cueillir de gros bouquets que mes petites mains ne suffisaient pas à contenir.
Quand mon père était arrivé, rouge de colère mais surtout d'angoisse, j'étais sûre qu'il allait me gronder. Il est très gentil papa, mais un peu trop protecteur, et il me gronde dès que je fais quelque chose qu'il trouve dangereux. Craignant la fâcherie, j'avais joué du seul charme que je savais pouvoir apaiser mon père. J'avais éclaté en gros sanglots, en grande partie non feints, et expliqué :


Je voulais cueillir des fleurs pour maman... Au cas où qu'elle revienne... Tu m'as toujours dit que maman aimait les fleurs !

L'astuce avait marché, papa ne s'était pas fâché. Les larmes ont toujours cet effet. Mais il avait alors affiché ce regard étrange, totalement fermé pour moi, qu'il arborait toujours quand on lui parlait de maman. Et il m'avait tendrement enveloppé dans ses bras, me serrant à m'étouffer, et me consolant sans un mot. Quand mon chagrin s'était calmé, il m'avait pris par la main et on étaient rentrés au logis pour un copieux goûter.
Mon rêve de revoir maman s'était brusquement interrompu par un soir froid de janvier, quand papa m'avait apprit qu'elle était partie. Partie ? je le savais bien qu'elle était partie, puisque je ne la voyais jamais. Alors papa m'avait expliqué avec patience que son voyage était sans retour, qu'elle était partie rejoindre le Grand Architecte. Je me souviens que dans ma petite tête d'enfant, j'avais comprit ce jour là le concept du mot "définitif", et que personne n'était éternel. J'en avait beaucoup pleuré, j'avais toujours espéré qu'un jour je reverrais maman, même si je n'avais que peu, ou pas de souvenirs d'elle. Je me souvenais d'une voix douce et triste, de bras tendres... Mais peu à peu, cette voix et ces bras avaient été remplacés par ceux de Tania, qui n'en était pas moins aimants.
Les semaines, les mois avaient passé. Maintenant, je n'en parlais plus, et j'y pensais de moins en moins. On ne peut pleurer éternellement ce qu'on a très peu connu, n'est-ce pas ? Et puis, on avait passé pas mal de temps sur les routes papa et moi, avant qu'il me laisse toute seule avec Tania, pour ma sécurité qu'il disait. Là aussi j'avais beaucoup pleuré, je pensais qu'il ne m'aimait plus, et qu'il allait m'abandonner lui aussi. Pourtant, il avait prit l'habitude de m'envoyer des lettres, que Nana - pardon, Tania - ne cessait à ma demande de me lire et de me relire tous les soirs. J'en connaissais certaines par coeur, mais cela comblait un peu ce sentiment d'abandon et d'isolement que je ressentais.
Mais j'étais loin de ces pensées à présent. J'allais revoir papa ! Et debout sur la cariole, je poussais un cri de joie en voyant se profiler la demeure qu'il avait longuement décrite dans sa dernière lettre. Quelle était grande ! Quelle était belle ! On aurait dit une maison de poupées, mais en plus grande. En vrai quoi !


Regarde, Nana ! Regardes ! M'exclamais-je, autant de joie que de soulagement à l'idée de pouvoir me dégourdir les jambes. C'est là hein, c'est là !

Au fur et à mesure que l'on avançait -d'une allure horriblement lente- je voyais la maison se préciser. Je voyais à présent les vitres, des vitres ! pas de simples volets de bois ! Et l'étang devant ! Et les bosquets alentours, et l'allée de graviers qui y menait, et puis ces deux formes qui attendaient sur le perron, dont une sautillait en faisant de grands signes d'une main.
Mon coeur fit un bond dans ma petite poitrine quand je le reconnus. Sans attendre que le cheval s'arrête, et malgré les cris de surprise de Tania, je sautais à bas de la cariole et je me ruais vers lui en criant : papaaaaaa.
Et tant pis pour les convenances.
Réfugiée dans ses bras, j'y restais un long moment, avant que je me souviennes de l'existence de la dame qui se tenait aux côtés de mon père. Sans me détacher de lui, je tournais la tête vers elle, une lueur d'inquiétude dans le regard. Ben oui, la petite Franchimont est timide avec les inconnus.


Revenir en haut Aller en bas
Robin de Franchimont
Maitre des lieux
Maitre des lieux
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Arrivée de la jeune Franchimont    Lun 8 Avr - 8:27

La brunette le rejoint , serre tendrement sa main, son œil pétille, lui adresse un sourire à se faire décoller les zygomatiques tellement sa joie est incontrôlable.

Et pourtant l’allure nonchalante de l’équidé l’agace, ronchonnement à peine audible sur le cocher indolent, qui à l’air de prendre un malin plaisir de faire languir le patriarche. Ne peut-il pas donner un dernier coup de rênes pour accélérer la cadence … les derniers mètres sont un supplice.
Quand soudain, l’inconsciente jeunette saute du véhicule, affolement du Franchimont, inconsciemment serre plus fort la main de la cara, pousse un léger cri trahissant son inquiétude, avant de relâcher l’étreinte pour se précipiter au secours de sa fille mais la jeune Franchimont a gagné en assurance dans ses déplacements , pas de chute en vue finissant sa course folle dans les bras de son père qui genoux à terre l’accueille.

Enfin elle était là, prés de lui , sa bouille à croquer, il serre sa princesse, déposant une multitude de baiser dans sa chevelure, mais le franchimont n’oublie que quelques secondes auparavant la peur l’avait tiraillé, pas le cœur à lui faire une remontrance après toutes ses semaines de séparation mais ne peut s’empêcher néanmoins de lui faire remarquer marmonnant entre ses bises
Aélis ..tu m’as fait peur. Le temps s’est comme arrêté pour ses retrouvailles d’un père et son ptit cul de princesse, la câlinant d’une douce étreinte oubliant même tout ce qui les entoure.

Tient dans ses mains son visage, ses traits de poupon se sont estompés, elle a encore grandit, trop vite, loin de lui …
sa ressemblance avec guen est de plus en plus frappante. caresse sa peau,[/i] tu m'as manqué belle enfant ! [i]croise son regard , ses yeux interrogateurs envers la brunette restée légèrement en retrait. Coup d’œil qu’il connait, pour l’avoir vu sur jean, frère ainé de la petiote, un héritage du coté Roqueforte.

Il est temps de revenir à la réalité, et de faire les présentations … sa voix se veut rassurante envers sa fille …


Aélis, je te présente océade se frotte la tête , hésite un peu … c’est heu ..ba s’en veut un peu de n’avoir réfléchit en amont à ce momentc’est sa maison elle habite ici et heu se retient de rajouter et nous on se tape l’incruste .. retient un rire à cette pensée et elle a la gentillesse de nous accueillir … sourit à la brunette la priant du regard de le sortir de ce bourbier.
Revenir en haut Aller en bas
Oceade
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Arrivée de la jeune Franchimont    Lun 8 Avr - 12:46

Une légère grimace apparut sur ses traits quand son ronchon serra plus fort sa main en voyant la fillette sauter du convoi. En retrait, pour les laisser à leurs retrouvailles, elle regarda l'étreinte familiale, ses souvenirs l'emmenant bien des années en arrière, à la recherche d'images semblables d'elle et son père.. Aucune ne lui vint ce qui était normal vu que son père, lui, avait abandonné le foyer..
Ses pensées se tournérent ensuite vers son père adoptif qui, enserré dans un protocole, ne l'avait jamais étreint de cette façon, non plus..
Haussement d'épaules caractéristique d'Oce, lorsqu'elle voulait chasser des pensées négatives puis elle revit sa fille, l'accueillir à chacun de ses retours.. Le Cara avait été plus libre avec sa fille, refusant tout protocole et préférant laisser place aux élans du coeur..
Elle revint au présent, regardant la petite Aélis, la rassurant d'un sourire, s'approchant à pas lent du couple Franchimont, se faisant l'effet d'une pièce rajoutée à ce bel ensemble.
Elle se mit à genoux pour être à hauteur de la petite, se retenant de la prendre contre elle, pour ne pas l'effrayer, puis jeta un coup d'oeil à son brun qui avait l'air un peu désemparé.


Ton papa était impatient de te retrouver.. et il en est tellement heureux qu'il en bafouille.. sourire amusé du Cara, qui prend la menotte d'Aelis dans sa main. Je refais donc les présentations.. Je suis Oceade ou Oce si tu préféres.. Compagne de ton père et nous vivons dans cette grande maison qui n'attendait que toi pour se transformer en foyer..

La brunette se releva, gardant la menotte d'Aelis puis, frissonnant sous le léger vent frais, indiqua de sa main libre la maison.

Je suppose que tu dois avoir faim et soif après ce long voyage.. un bon verre de lait te tente, Aelis ?
Revenir en haut Aller en bas
http://ofga.lebonforum.com
aelis
Famille
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 04/04/2013

MessageSujet: Re: Arrivée de la jeune Franchimont    Lun 8 Avr - 20:01

Comme ses calins m'avaient manqués ! S'il est une chose que je sais dans ma petite tête d'enfant, c'est qu'il est cruel de séparer une fille de son père. Je le serre à l'étouffer de mes petits bras frêles, comme pour m'assurer qu'il est bien là, et que personne ne va venir me l'enlever. Je ne veux plus partir, je veux rester avec mon papa, ça je le veux avec toute la force de mon caractère. Il me sermonne gentiment, mais je suis trop contente pour m'en formaliser. C'est la faute du cheval, il n'avait qu'à aller plus vite après tout. Je lui répond doucement, dans un murmure, alors que mes mains viennent aussi caresser ses joues :

Tu m'as manqué aussi papa.

Puis mon regard se reporte sur la dame, elle a l'air gentille. Elle se met à ma hauteur et commence à m'expliquer, mais je ne comprend pas la moitié de ce qu'elle me raconte. C'est quoi une... campagne ? c'est bien ça ? Et puis le contact de sa main, même si elle est douce, me déroute et m'effraye. Mon premier mouvement est de l'enlever, mais quelque chose me dit que ça ferait pas plaisir à papa. Alors je me mordille la lèvre, je regarde la dame de mes yeux graves. Je sens que quelque chose se passe, que tout va changer. Une sorte d'instinct peut être. Mais j'aime pas le changement, j'ai eu tellement de mal à trouver un semblant de stabilité que le moindre imprévu me perturbe. ça promet encore des pipis au lit ça...
Bref coup d'oeil vers Nana, pour me rassurer. Mais elle restée près de la cariole, elle aide le cocher à descendre mes maigres bagages. Alors je reporte mon regard vers mon père, qui me sourit. Un sourire plein de joie et de fierté. Il a l'air d'être content, et moi j'aime bien quand il est heureux.
La dame se relève, elle me propose un verre de lait. Le mot magique ! Mon visage s'éclaire d'un petit sourire et je lui rétorque :


Sans croute alors le lait ! Comme papa !

Sentant une ouverture, j'en profite pour libérer ma main et entourer à nouveau le cou de mon père, m'y suspendant pour qu'il me porte. A l'idée de me restaurer, mon estomac se réveille. C'est vrai que j'ai faim !
Revenir en haut Aller en bas
Oceade
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Arrivée de la jeune Franchimont    Mar 9 Avr - 6:59

Elle sentit la menotte lui échapper, ne fit rien pour la retenir, regarda la famille Franchimont, sourit un peu en entendant l'exigence de la fillette, se demandant si elle y mettrait le petit ingrédient supplémentaire qui plaisait à son brun puis prit la direction de la cuisine, les précédant, sa situation lui revenant en pleine face, sentant une vague de chagrin venir..
Revenir en haut Aller en bas
http://ofga.lebonforum.com
Robin de Franchimont
Maitre des lieux
Maitre des lieux
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Arrivée de la jeune Franchimont    Mar 9 Avr - 8:31

Evidemment la brunette, elle, ne bafouillait pas. Il lui sourit, confiant, et ravi qu’oce propose la solution appropriée, le fameux remède Franchimont.

Une joie, une peine, un doute, un bonheur partagé, pour unir, et résoudre le moindre souci du patriarche, il n’y avait qu’un bon lait chaud, potion miraculeuse sans croute il en va sans dire… sinon c’est trop beuuurk ! il avait élevé la prunelle de ses yeux ainsi, et l’avait partagé , complice de la cara.

Rit entendant la précision d’Aélis déjà suspendue à son cou, se relève , remercie Tania, lui indiquant qu’un valet allait la guider pour qu’elle puisse elle aussi se restaurer et se reposer.
Tout en portant son ptit cul de princesse, il se précipite dans la demeure.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée de la jeune Franchimont    

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée de la jeune Franchimont
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orthophoniste chez un jeune enfant
» Sos pour Darkboy , jeune berger picard.eutha le 16 08
» L'Arrivée de Chelsea (Pukifee Ante)
» Jeune make-up addict ;)
» jeune fille au pair

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison des Franchimonts :: La maison d'habitation :: L'entrée-
Sauter vers: